Quel bois choisir pour mon potager sur pied ?

Un potager sur pied, c’est super mais ne serait-ce pas encore mieux quand c’est fait maison ?

Je vous avais déjà parlé dans notre précédent article sur comment fabriquer son potager sur pied des différents types de bois, en vous recommandant le Douglas comme base, mais j’ai choisi de revenir sur le sujet pour vous en dire un peu plus !

Ne perdons pas plus de temps, c’est parti pour mon article sur quel bois choisir pour mon potager sur pied !

Classe 3a, 3b ou 4 pour votre potager !

 

Quel type de bois choisir ?

Dans le dernier article, je vous avais conseillé le Douglas, bois de classe 3.

La classe correspond au traitement que le bois à subi afin d’en augmenter sa durabilité (résistance aux intempéries, moisissures, insectes).
Le traitement le plus commun s’appelle l’autoclave et les classes mentionnées y correspondent. Certains bois, comme le Douglas ou le Châtaignier sont naturellement de classe 3 ou 4, sans avoir subi de traitement.

Vous pouvez bien sûr choisir un bois sans classe particulière, mais le risque pour votre bois est considérable.
Prenez aussi en note que le traitement autoclave offre souvent un rendu quelque peu verdâtre, n’hésitez donc pas de peindre votre bois pour un rendu plus esthétique !

Le bois de classe 3 sera utilisé pour sa capacité à être en contact avec l’humidité, c’est celui qu’on favorise pour la menuiserie extérieure. On considère qu’il tolère jusqu’à 20% d’humidité, ce qui devrait vous suffire pour votre potager sur pied. On retrouve principalement de Douglas (un rapport qualité prix intéressant, d’autant plus que c’est la plupart du temps une production française !), cependant, le Mélèze ou le Red Cedar sont semblables au Douglas. On considère que le bois peut être mouillé sans problème, mais ne doit pas être en contact permanent avec une surface humide (comme la terre du sol par exemple).

Vous pouvez néanmoins opter pour un bois jusqu’à la classe 4, qui lui sera plus adapté à une humidité supérieure à 20%, on considérera donc qu’il sera adapté pour une surface ou de l’eau peu stagner, ou alors même directement en contact ou avec de l’eau douce : pour l’extérieur donc ! Le châtaigner et l’acacia sont naturellement classé en classe 4, tout comme le bois issu d’arbres exotiques.

Votre choix est donc fait, mais lors de vos recherches, vous avez peut-être remarqué que le prix du bois augmente … Conséquence malheureuse du fait que les États-Unis importent de plus en plus depuis l’Europe, ce qui crée de la demande chez nous et forcément, fait monter son prix … Mais bon, je vous donne mon petit conseil pour contourner ceci et vous en sortir avec un potager sur pied maison, fait à un prix défiant toute concurrence !

Palette or not palette ?

 

Pourquoi ne pas opter pour des palettes ?

Avec ce petit malentendu avec nos amis américains, le bois devient plus cher, certes, mais pourquoi ne pas utiliser du bois déjà utilisé, et donc moins cher ? Malin non ?

À savoir, une palette pourra faire office de bois pour votre potager sans aucun souci ! C’est pourquoi je vous encourage à privilégier ce type de bois qui est malheureusement trop souvent oublié, malgré un petit regain depuis que le Do It Yourself est revenu sur le devant de la scène.
Après je n’essaie pas d’être cool en voulant faire de la récupération, disons que c’est plutôt dans mon ADN et que j’essaie de vous transmettre mes valeurs à travers mon blog : ) !

Alors foncez sur les palettes, je vous met quand même une petite précision ici pour votre choix : cherchez des palettes avec le logo UE (Union Européenne) dessus, non pas pour favoriser l’Europe par rapport aux autres palettes, mais simplement car ce sera l’assurance pour vous que le bois a été traité thermiquement et non pas chimiquement, et n’est donc pas toxique !

Les palettes fabriquées en UE ont reçu un traitement thermique (elles sont tout simplement chauffées), ce qui a pour effet de resserrer le bois, le rendant bien moins sensible à l’humidité, aux pourritures et aux insectes. Pensez néanmoins a appliquer un petit traitement à vos palettes afin qu’elles durent plus longtemps (de l’huile, de la peinture ou une lasure feront l’affaire !). Si votre potager est en contact direct avec le sol de votre jardin, évitez tout de même de faire les pieds en palette. Mais si sa place est sur un balcon relativement abrité, pas de problème.

Ce sera tout pour le choix du bois, alors terminons sur un petit récapitulatif !

Mon potager sur pied en activité

 

Pourquoi choisir mon bois ?

Mais tout simplement pour la joie du travail fait main ! Et quitte à faire pousser vous même vos fleurs, légumes, aromates, pourquoi ne pas fabriquer le contenant ?

Sur une note plus sérieuse, lorsque l’on est amenés à fabriquer son propre potager, la place peut vite devenir une contrainte alors maintenant que vous connaissez la matière première que vous voulez utiliser, ne vous reste plus qu’à mesurer les dimensions de l’espace que vous avez de disponible afin de construire un petit potager, à votre convenance, à l’endroit le plus pratique et en prenant le moins de place possible.

Et si vous avez suivi nos conseils, avec un peu de chance, vous n’avez pas eu a acheter de bois et avez trouvé des palettes en extérieur, ce qui amène le coût de base de votre potager sur pied à … presque 0 euros ! Pas mal non ? Autant d’argent économisé que vous pourrez investir dans de meilleures semences par exemple !

Mais si je peux vous donner un petit conseil, attendez mon prochain article avant de choisir vos semis, il se pourrait que j’ai deux ou trois conseils dans ma petite besace de jardinier à vous donner !

À la prochaine pour de nouvelles aventures, amis potagers !

Mise à jour : Quelle visserie choisir ?

Un lecteur du blog m’a signalé une information manquante assez essentielle : Quelle visserie choisir ? En effet, si on pense rapidement au choix du bois, on néglige le choix des vis. Et c’est une erreur à éviter absolument ! Si vous optez pour les premières vis (ou clous) qui vous tombent sous la main, il y a de fortes chances qu’il s’agisse de quincaillerie pour aggloméré, prévu pour une utilisation en intérieur.
Le métal va s’oxyder avec le temps, et quand le bois de votre potager va légèrement jouer en fonction de l’humidité, les vis risquent de casser net ! Non seulement votre potager va se dégrader progressivement, mais en plus vous aurez de grandes difficultés à retirer les pointes des vis restées dans le bois…

Privilégiez donc des vis inox prévues pour un usage extérieur : Construction de terrasses, pergolas, etc. Il y a 2 normes pour la visserie inox : A2 et A4. Ces normes indiquent la composition de l’alliage composant l’acier des vis. L’A4 est plus résistant à la corrosion que l’A2, mais de mon point de vue son utilisation est superflue, sauf si vous vivez en bord de mer (les embruns salés attaquent la visserie plus rapidement). Des vis A2 seront normalement largement suffisantes ! Vous pourrez les trouver en quincaillerie, grande surface de bricolage ou sur internet bien entendu.