Comment intéresser les tout petits au potager ? Le potager éducatif : de 1 à 3 ans

Parce que le potager peut être un formidable outil d’éveil, de jeux, d’apprentissage et d’éducation, voici une petite série d’articles sur le « potager éducatif ». L’idée est de donner mon point de vue sur le sujet et de vous donner des idées pour partager le potager avec les enfants, petits ou grands.
On commence par les tout petits : de 1 à 3 ans !

Dans les yeux d’un enfant en bas âge, le potager est un jardin merveilleux

Qu’il est dommage de ne pas garder de souvenirs de cet âge ! Bon, certains en gardent quelques bribes, mais je pense qu’on oublie vraiment la façon dont nous percevons le monde à travers nos sens qui sont encore en plein développement. Il suffit d’observer un tout petit cueillir une fleur ou observer attentivement une fourmi pour se rendre compte du spectacle qui se joue dans sa tête

Mémoire et langage

La première vertu éducative du potager à cet âge là est donc de la découverte pure. On se pose devant les plantes, et on regarde patiemment ce qu’il se passe. En fonction du développement de l’enfant, on peut ensuite jouer à nommer les plantes, pour développer le langage et la mémoire visuelle : Où sont les tomates ? Comment s’appelle cette plante ? Qu’est-ce que c’est ce fruit rouge ?
Plus tard, c’est aussi un excellent exercice pour apprendre les couleurs, les différences, etc : Montre-moi une fleur jaune, verse l’eau dans le plus petit pot, ne ramasse que les fraises rouges…

Manipulations précises

Le jardinage est aussi plein de très bons exercices de dextérité et de manipulation précise : Cueillir une fraise sans arracher le plan, arroser un plant sans mouiller les feuilles, verser la bonne quantité de terreau dans un godet avec une petite pelle… Ça ressemble en fait beaucoup à ce que les enfants peuvent pratiquer en cuisinant.

Coup de pouce à la diversification alimentaire

Pour rester dans la cuisine, une vertu à laquelle on ne pense pas souvent est l’aide pour la diversification alimentaire. Étape souvent difficile à gérer, le potager peut donner un petit coup de pouce. Le fait de voir pousser un plant, de regarder chaque jour fleurir puis murir les petits fruits peut amener l’enfant à se familiariser avec le légume et même être content de le retrouver dans son assiette. Attention, ce n’est pas une solution miracle non plus, car le goût joue un grand rôle dans la diversification, mais déjà l’aspect visuel sera facilité.

Apprentissage des règles et des limites

Ne pas écraser les plantes, ne pas jouer au ballon au milieu des tomates, ne pas arroser trop fort… Le potager est en fait plein de règles et de limites. Ce n’est pas la partie la plus amusante, mais ça reste un côté important de l’éducation. Le grand avantage avec le potager, c’est que la règle est très concrète : Si l’enfant a du mal à comprendre pourquoi il ne faut pas manger avec ses doigts ou ne pas sauter sur le canapé, il comprend en revanche très vite qu’écraser les plantes ne leur fait pas du bien (même s’il met un peu de temps à intégrer).

Respect du vivant et de l’environnement

Dans cette même logique, c’est une bonne façon de faire comprendre à l’enfant la valeur du vivant, son respect, la bonne attitude à avoir avec notre environnement. Bien sûr c’est encore plus parlant avec les animaux (si vous avez un animal de compagnie par exemple), je pense notamment aux auxiliaires du potager (insectes, escargots, mais aussi hérisson si vous avez un jardin). A mon sens, la meilleure façon de former nos générations futures au respect de l’environnement, c’est de leur faire comprendre très tôt comment tout ça fonctionne et que nous ne sommes qu’une pièce d’un grand puzzle.

Premières expériences scientifiques

Cette activité va plutôt concerner les enfants à partir de 3 ans (et jusqu’aux adultes s’ils se prennent de passion). Il y a plusieurs intérêts à expérimenter avec le végétal :

  • Mieux connaître les plantes et leur cycle de vie
  • Comprendre les bases de la méthode scientifique

La première expérience a faire est sûrement celle de l’importance de la lumière dans la germination : on fait 3 godets avec une ou deux graines, on en laisse un dans le noir, un à mi-ombre et un en plein soleil. On attend quelques semaines et on observe le résultat !
Mais on peut compliquer largement les expériences, en testant différents substrats, différentes périodes de semis, etc. Les passionnés iront jusqu’aux manipulations très techniques des greffes ou de l’aquaponie… Bref, les possibilités sont infinies si vos enfants ont l’âme d’un agronome !

A suivre dans un prochain article : Les vertus du potager pour les plus de 3 ans !